Bouvier d’Appenzell

Bouvier d’Appenzell ou Bouvier des Alpes

Le Bouvier d’Appenzell est l’une des quatre races de Bouviers suisses.

Cette race est citée pour la première fois dans un ouvrage de Friedrich von Tschudi **, écrit en 1853.

Son nom lui vient d’un canton suisse où il fut très tôt reconnu comme un excellent auxiliaire des vachers tant par son courage et sa résistance que par ses qualités de conducteur de troupeaux

Comme tous les Bouviers suisses, ses origines encore mal connues, sont toutefois lointaines. Pour certains, ses ancêtres seraient les Dogues du Tibet, importés en Europe par les Phéniciens et les Grecs. Des croisements eurent lieu entre les Dogues du Tibet et les races locales suisses. Selon les régions, différents types de chiens apparurent : les petites races (le Bouvier d’Appenzell, le Bouvier de l’Entlebuch) ; les grandes races (le Bouvier Bernois et le Grand Bouvier Suisse).

L’autre hypothèse conteste cette version en s’appuyant sur la découverte d’ossements de chiens antérieurs à la conquête romaine. De ce fait, la morphologie du Bouvier d’Appenzell lui viendrait de ses ancêtres typiquement helvétiques.

Après le décès de Max Siber, passionné par le Bouvier d’Appenzell, le professeur Heim, tout comme pour les Bouviers Bernois, permettra la reconnaissance de la race qui fut inscrite sur le Livre des origines du Bouvier d’Appenzell, en 1906.

Le standard définitif du Bouvier d’Appenzell date de 1982.

Les montagnards et les éleveurs suisses l’utilisent toujours pour la garde des troupeaux.

** Les Alpes : description pittoresque de la nature et de la faune alpestres - Frédéric de Tschudi. L’unique traduction réalisée par Guillaume Philippe Schimper (1808-1880) et   autorisée par l’auteur, se trouve à la BNU de Strasbourg (Bibliothèque nationale et universitaire). Cet ouvrage, fut imprimé à Bern chez Dalp et à Strasbourg chez Treuttel & Wurtz en 1859